Comment Nintendo m’a vendu un jeu auquel je ne pourrai jamais jouer

medium_guitar-1.jpg
Nintendo a réussi un tour de force, inattendu, à 180 degrés de leur politique encore tant défendue avant l’arrivée de la DS. Avec leur portable et la Wii, ils ont inventé bien plus que de nouvelles consoles avec des interfaces ou des possibilités inédites, mieux que des plateformes multimédias, ils ont créé des objets pratiques. La DS, héritière de l’organizer, ou palm, avec sa pléthore de jeux éducatifs, de réflexions et surtout ses petits logiciels pratiques ou culturels dont nous ne verrons probablement jamais la couleur en Europe, est devenue un objet unique, hybride, un truc tout autant ludique qu’utile, prêt à séduire tous les ages. Tout aussi hybride, la Wii s’impose dans nos salons en s’ajoutant au lecteur DVD, au magnétoscope. Elle est beaucoup plus qu’un simple accès multimédia ouvrant les portes d’Internet, avec ses chaînes la console nous donne la possibilité d’aller chercher un contenu utile au quotidien (infos, météo, qui sait bientôt des idées recettes, des fiches brico/déco etc). Nintendo n’a pas démocratisé le jeu vidéo, ils ont démocratisé la console de jeu en faisant d’elle quelque chose de complètement différent qui tout en ne reniant pas son application principale s’adapte à de nouvelles qui n’ont plus rien à voir avec le jeu, a priori. Car la grande idée, le pari, de Nintendo a été de rendre tout ludique, de faire en sorte que le pratique devienne ludique par le biais d’une interface propre au jeu vidéo. En quelque sorte, Nintendo a réussi à faire du quotidien le sujet même d’un grand jeu vidéo aussi éternel et parfois futile que notre existence individuelle. Mais à force d’avoir ouvert la possibilité de voir en la DS ou la Wii autre chose qu’une console de jeu, donc d’en avoir fait un outil, des développeurs en sont venus à nous mettre ente les mains des choses (pour ne pas parler de jeux) qui n’ont justement plus rien à voir avec le jeu vidéo. Ainsi de Hiite Utaeru DS Guitar M-06* développé par Plato (rien que ça), qui nous propose très simplement de jouer de la guitare depuis l’écran tactile tout en utilisant la croix ou les boutons pour maintenir les accords. En soi l’idée de posséder une guitare de poche est géniale, mais seulement pour jouer à M-06 il faut déjà savoir jouer de l’instrument, car sinon inutile d’espérer en tirer quoique ce soit. Le fait de se retrouver devant un tel « truc » a quelque chose de proprement déroutant. Là où le jeu vidéo a pour habitude de nous simplifier la vie, de nous rendre toutes les réalités plus accessibles, comme avec Guitar Hero qui après un moment nous donne l’illusion réelle de jouer nous-même le morceau, M-06 déblaie tout ça d’un riff hilare. Il nous renvoie à la réalité avec toutes ses contingences. La musique, ça ne s’apprend pas comme ça, c’est du boulot. Mais en cela le jeu développé par Plato est encore plus exigeant qu’on ne pouvait l’imaginer. Plus que nous permettre de jouer librement un petit tutorial nous invite à répéter divers accords, les leçons devenant au fur et à mesure de plus en plus compliquées. On aurait pu penser qu’il suffit de suivre les boutons affichés à l’écran, mais non, Plato ne fait décidément pas du Guitar Hero. Pour compléter les différents tutoriaux, il ne faut pas suivre les indications à l’écran mais écouter puis répéter chaque note. C’est une vraie leçon de musique, du solfège. Et comme le solfège, c’est tout aussi long, laborieux, contraignant, démotivant. On se retrouve ainsi vite à gratter trois notes pourries en free play en se disant que décidément, Nintendo a réussi à nous vendre le premier jeu auquel on ne pourra jamais jouer sans savoir déjà jouer. M-06 arrivant à nous mettre devant un moment inédit où alors que nous croyions pouvoir déjouer la réalité par la machine, c’est justement cette réalité qui surgit brusquement, nue, simple, nous renvoyant à nous-même non sans une certaine trivialité. La machine ne nous aide pas, elle ne nous rend pas meilleurs, ne nous facilite pas la vie, elle est presque identique à l’objet dont elle se substitue. M-06 n’étant purement et simplement qu’une guitare, comme n’importe quelle autre, à deux trois détails près dont celui qu’elle vous rendra beaucoup moins sexy auprès des filles. Enfin ça dépend lesquelles.
Jérôme Dittmar
* Hiite Utaeru DS Guitar M-06, titre japonais adapté pour la France par Ubi Soft et prévu cet été sous le nom de Jam Sessions
Publicités

0 Responses to “Comment Nintendo m’a vendu un jeu auquel je ne pourrai jamais jouer”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




StatCounter

free website stats program

%d blogueurs aiment cette page :